Avec l’arrivée de Kylian Mbappé, le PSG frappe fort au terme du mercato

Après le recrutement de Neymar, le club parisien a entériné le prêt avec option d’achat non obligatoire, contre 180 millions d’euros, du prodige monégasque.

Principal acteur du marché des transferts, le Paris-Saint-Germain a envoyé, cet été, un signal fort à ses concurrents européens. Trois semaines après avoir enrôlé la star brésilienne du FC Barcelone, Neymar, en s’acquittant d’une clause libératoire de 222 millions d’euros, le club de la capitale a trouvé, dimanche 27 août, un accord avec l’AS Monaco pour le prêt (avec option d’achat non obligatoire dans un an) du prodige Kylian Mbappé, 18 ans.

Le jeune attaquant est en passe de devenir le joueur français le plus cher de l’histoire du football, devant Ousmane Dembélé, recruté le 25 août par Barcelone contre 105 millions d’euros (+ 42 millions d’euros de bonus). Il apparaît comme le deuxième joueur le plus onéreux au monde, derrière Neymar.

Au terme de la correction infligée (6-1) par l’ASM à l’Olympique de Marseille, en clôture de la 4e journée de Ligue 1, l’équipe de la principauté et le PSG sont convenus d’une indemnité de transfert de 180 millions d’euros (hors bonus). Selon L’Equipe, le salaire de Kylian Mbappé est estimé à 18 millions d’euros brut annuels sur cinq saisons.

Force de frappe financière

Formé à l’académie du Rocher (2013-2015), vainqueur de la Ligue 1 la saison passée, le jeune attaquant des Bleus (4 sélections) devait passer sa visite médicale, lundi 28 août, avant de rallier le Domaine de Montjoye à Clairefontaine (Yvelines), le quartier général de l’équipe de France. Les Bleus affrontent les Pays-Bas, jeudi 31 août, en match qualificatif pour le Mondial de 2018, organisé en Russie.

« C’est un choix à 100 % sportif. Kylian voulait rester en France. Avant d’aller à l’étranger, il veut marquer l’histoire de sa ville et de son pays. Le PSG le veut depuis qu’il a 9 ans », glisse au Monde l’entourage du jeune buteur, né à Bondy (Seine-Saint-Denis). Convoité par plusieurs grands clubs européens (dont Manchester City, Arsenal, Barcelone, Liverpool), tous disposés à dépenser 200 millions d’euros, le joueur n’a finalement pas cédé aux sirènes du Real Madrid, entraîné par l’ex-numéro 10 des Bleus Zinédine Zidane.

Le recrutement de l’attaquant atteste de la force de frappe financière du PSG, propriété du fonds Qatar Sports Investments (QSI) depuis 2011. L’opération témoigne surtout de l’ambition dévorante qui anime les dirigeants du club, désireux de remporter la Ligue des champions (55 millions de recettes pour le gagnant) et revanchards après l’humiliation subie (6-1), en mars, face au FC Barcelone, en huitièmes de finale de la compétition.

Avant l’arrivée de Mbappé, le PSG avait déjà déboursé 238 millions d’euros en transferts. Outre Neymar, le club avait jeté son dévolu sur l’arrière espagnol Yuri Berchiche et le latéral brésilien Dani Alves (libre de tout contrat).

Ces dépenses frénétiques ont sensiblement irrité les ténors du football continental réunis au sein de l’Association européenne des clubs européens (ECA). « Il y a une inquiétude qui est liée au fait qu’il n’y a plus de limite, confiait récemment au Monde Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique lyonnais et membre du bureau de l’ECA. Et que ce process, au-delà du fait qu’il désorganise probablement un certain nombre de marchés, pose le problème de l’inflation permanente des salaires. Il y aura une réaction des grands clubs européens. »

Le spectre du fair-play financier

Les achats compulsifs du PSG renvoient aussi à la viabilité de son modèle économique. Comment l’équipe de la capitale peut-elle rester, à moyen terme, dans les clous du fair-play financier (FPF), ce mécanisme introduit en 2011 par l’Union des associations européennes de football (UEFA) et en vertu duquel les clubs ne peuvent dépenser plus qu’ils ne gagnent ? D’autant que le PSG, actuellement dans le viseur de l’UEFA, a été déjà sanctionné en 2014 (amende de 60 millions d’euros, dont 40 avec sursis, limitation des transferts et du nombre de joueurs inscrits dans les compétitions) dans le cadre du FPF.

Officiellement, la Confédération européenne examinera en octobre les comptes – clôturés en juin – du club parisien. Mais l’instance ne se penchera sur le dossier Neymar, rémunéré 30 millions d’euros net par an, qu’à l’automne 2018. « Le PSG doit démontrer qu’il peut avoir des pertes sur trois ans qui ne dépassent pas 30 millions d’euros », rappelle l’UEFA. Dotée d’un budget somptuaire (540 millions d’euros), l’équipe de la capitale affiche de confortables revenus (521 millions d’euros, au terme de la saison 2015-2016) et peut tabler sur une hausse de ses recettes liées au sponsoring et aux droits télévisuels.

Le PSG peut aussi s’appuyer sur le fameux partenariat (175 millions d’euros par saison) scellé, en août 2016, avec l’autorité du tourisme du Qatar (QTA). En 2014, le précédent contrat avec QTA avait d’ailleurs été décoté de moitié par l’UEFA. Mais, pour absorber ses dépenses lors du mercato estival, l’équipe entraînée par l’Espagnol Unai Emery a été contrainte de vendre plusieurs joueurs, dont le milieu français Blaise Matuidi, cédé contre 20 millions d’euros à la Juventus Turin. Le premier objectif des dirigeants du club est ainsi d’alléger une masse salariale écrasante (292 millions d’euros sur 2015-2016).

C’est à l’aune du fair-play financier qu’il faut appréhender le montage du prêt de Kylian Mbappé. Car ce paiement différé d’un an offre davantage de souplesse aux dirigeants parisiens pour régler la facture. Dans l’espoir d’échapper à une sanction de l’UEFA.

Stay SWITCH for more info….

We appreciate your comments and suggestions!

Epi Nou Switch

Source, LE MONDE

Leave a Reply

Close
Please support the site
By clicking any of these buttons you help our site to get better