Au Guatemala, duel entre le président Jimmy Morales et « Ivan le terrible »

L’ancien comique a provoqué une crise institutionnelle et diplomatique en voulant expulser le magistrat colombien à la tête de la commission de l’ONU contre la corruption.

 

« Renonce, Jimmy », exhorte un manifestant à l’adresse du président guatémaltèque, à Guatemala City, le 28 août. ORLANDO ESTRADA / AFP

Le président du Guatemala, l’ancien comique de télévision Jimmy Morales, s’est sans doute tiré une balle dans le pied. Il a suscité un tollé national et international en déclarant persona non grata, dimanche 27 août, le Colombien Ivan Velazquez, le magistrat à la tête de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (Cicig), placée sous les auspices des Nations unies. Les Etats-Unis et l’Union européenne, qui soutiennent cette instance créée en 2006 pour suppléer la justice guatémaltèque défaillante face au fléau de la corruption, ont vivement réagi et menacé de suspendre toute aide au pays centraméricain.

Etat failli, infiltré par le crime organisé après des décennies de guerre civile et de dictateurs (1960-1996), le Guatemala commençait à peine à reprendre confiance dans ses institutions, grâce justement à la Cicig. « La Cicig est un exemple au niveau international de bonnes pratiques dans la lutte contre l’impunité et la corruption », assure la Fédération internationale des droits de l’homme, qui a qualifié l’expulsion du magistrat d’« attentat contre la démocratie ». La collaboration entre Ivan Velazquez et la procureure générale Thelma Aldana avait fait ses preuves.

Stay SWITCH for more info…

We appreciate your comments and suggestions!

Epi Nou Switch

Source, LE MONDE

 

Leave a Reply

Close
Please support the site
By clicking any of these buttons you help our site to get better